Dupont de Ligonnès: Le procureur de la République appelle à la prudence quant à l’identité de la personne arrêtée en Ecosse

Tard hier soir, le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a appelé à la « prudence » après l’interpellation d’un homme en Ecosse qui pourrait être Xavier Dupont de Ligonnès, soupçonné d’avoir tué sa femme et ses quatre enfants en 2011 à Nantes.

L’homme arrêté à Glasgow par Scotland Yard voyageait sous l’identité de Guy Joao. Tous les témoins, y compris policiers, indiquent que l’individu ne ressemble pas à Xavier Dupont de Ligonnès, il est méconnaissable. D’où l’hypothèse de chirurgie esthétique pour modifier son apparence mais avec quel argent ? Xavier Dupont de Ligonnès était criblé de dettes et la dernière fois qu’il a été filmé par une caméra de vidéosurveillance, il retirait 30 euros à un distributeur, c’était tout l’argent qui restait sur son compte bancaire.

La police anglaise affirme que les empreintes palmaires de Guy Joao correspondent à celle de Xavier Dupont de Ligonnès mais d’autres sources affirment que ce dernier n’était pas fiché. Hypothèse : la police technique et scientifique a pu relever les empreintes sur le lieu des crimes et les conserver puis les transmettre à Scotland Yard pour comparaison. Par ailleurs, Xavier Dupont de Ligonnès fait l’objet d’une « notice rouge » d’Europol. Il faut attendre les résultats du prélèvement d’ADN pour être certain de l’identité de l’individu interpellé hier soir.

Enfin, il y a ce témoignage troublant au micro d’Europe 1. Jacques, un voisin du domicile perquisitionné cette nuit à Limay (78) doute que l’homme arrêté puisse être Xavier Dupont de Ligonnès.

« Vendredi matin il a pris l’avion, comme il fait d’habitude. Il rentrait en Ecosse, sa femme l’attendait à Glasgow. On l’a eu tout à l’heure au téléphone, et elle dit ‘voilà, ils l’ont arrêté, je n’ai pas plus de nouvelles’. Elle est effarée. Il n’a rien à voir ! Même s’il a pris X années de plus, il n’a rien à voir avec cette tronche là ! C’est un homme qui est grand, visage rond, rien à voir ! » , estime ce voisin.

Face à ces doutes, un seul journal de votre presse quotidienne régionale, La Provence, ajoute un point d’interrogation ce matin, en signe de prudence.