ALERTE-Gouvernement: Elisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire (Elysée)

C’est maintenant officiel ! L’Elysée annonce que, « Sur la proposition du Premier ministre, le Président de la République a mis fin, sur sa demande, aux fonctions de M. François de RUGY, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire.

Il a nommé Mme Élisabeth BORNE ministre de la Transition écologique et solidaire ».

ALERTE-Municipales: Les élections municipales se dérouleront les 15 et 22 mars 2020 (Interieur)

Les élections des conseillers municipaux et, à Paris, des conseillers de Paris, auront lieu le dimanche 15 mars 2020 pour le premier tour. Le second tour aura lieu, le cas échéant, le dimanche 22 mars 2020, annonce le ministère de l’Intérieur.

Les électeurs des communes de 1 000 habitants et plus sont également convoqués aux mêmes dates pour le renouvellement des conseillers communautaires, précise le communiqué.

ALERTE-Rugy: Mediapart lance de nouvelles accusations contre l’ex-ministre d’Etat

Selon Mediapart, le ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a démissionné alors que Mediapart s’apprêtait à diffuser de nouvelles révélations. Des accusations désormais en lignes, selon lesquelles François de Rugy aurait utilisé son indemnité représentative de frais de mandat (IRFM supprimée depuis la réforme) pour régler sa cotisation à Europe Écologie Les Verts, ce qui était interdit par la loi.

ALERTE-Rugy: Le communiqué de l’ex-ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique

Voici le communiqué intégral de François de Rugy annonçant sa démission du gouvernement :

« Depuis le début de la semaine dernière, Mediapart m’attaque sur la base de photos volées, de ragots, d’approximations, d’éléments extérieurs à ma fonction.

La volonté de nuire, de salir, de démolir, ne fait pas de doute. Je suis soumis à un feu roulant de questions nouvelles et contraint de parer sans cesse à de nouvelles attaques.

Face aux contre-vérités de Médiapart, j’ai déposé ce matin une plainte pénale en diffamation par la voix du Bâtonnier Pierre-Olivier Sur et de Maître Mathias Chichportich, à qui j’ai confié la défense de mes intérêts.

Les attaques et le lynchage médiatique dont ma famille fait l’objet me conduisent aujourd’hui à prendre le recul nécessaire – ce que chacun comprendra.

La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d’assumer sereinement et efficacement la mission que m’ont confiée le Président de la République et le Premier ministre.

Dès lors, j’ai présenté ma démission au Premier ministre ce matin.

Je suis trop attaché à l’écologie à laquelle j’ai consacré tout mon engagement militant, pour accepter que notre action écologique soit affaiblie par des mises en cause personnelles incessantes.

En ces moments douloureux, je conserve la fierté des actions entreprises avec le soutien de la majorité parlementaire pour mettre en œuvre des transformations importantes pour le climat, l’énergie, l’eau, la lutte contre le gaspillage et la biodiversité. Je suis également fier des mesures concrètes d’accompagnement des Français pour réussir la transition écologique ou encore du lancement de l’assemblée citoyenne de 150 Français tirés au sort, une innovation démocratique inédite.

Je remercie le Président de la République et le Premier ministre de la confiance qu’ils m’ont témoignée en me demandant de relever le défi du ministère de la transition écologique et solidaire. Je leur redis ma fidélité.

Je pense aussi à mes collaborateurs qui ont servi avec conscience et engagement. Merci à elles et à eux.

Je pense enfin à ma femme et à ma famille, que je veux aussi protéger par ma décision difficile.

Je veux dire aussi à bientôt.

Plus que jamais, c’est le combat pour la République et pour l’écologie qui m’anime ».

Fonction publique: 170 hauts fonctionnaires de Bercy sont mieux payés que le président de la République (La Lettre A)

La Lettre A, « le quotidien de l’influence et des pouvoirs » (groupe Indigo Publications), révèle que 170 hauts fonctionnaires du ministère de l’Economie et des Finances perçoivent un traitement (rémunération) brut supérieur à 15 140 euros, qui est le traitement du président de la République.

La question des rémunérations très opaques à Bercy a souvent été posée par plusieurs ministres de l’Economie et des Finances qui (incroyable mais vrai) se sont vus opposer un refus de l’Administration.

Ainsi, Jean Arthuis (1995-1997) avait dû attendre 6 mois pour obtenir la liste des 200 plus hauts traitements de son ministère. Et en 2017, la Cour des comptes dénonçait déjà des salaires trop élevés à Bercy.

José Évrard, député (Les Patriotes) du Pas-de-Calais à posé une question écrite au gouvernement. Il souhaitait savoir si 600 personnes à Bercy perçoivent, comme le dit la presse, des traitements supérieurs à celui du chef de l’Etat. La réalité est plus nuancée.

Selon le député Evrard, le problème repose dans l’absence de correspondance entre ces fortes rémunérations évoquées et la grille de la fonction publique. La réponse apportée par le ministère de l’Économie et des Finances se décline en plusieurs parties. Tout d’abord, en 2018, la rémunération médiane des 138 000 fonctionnaires et employés de Bercy était de 2 438 euros net par mois.

Ensuite, il y a ces 170 aux rémunérations très élevées, parfois grâce à des primes en raison d’une situation particulière et donc non péreines. Il s’agirait de responsables gérant des milliers de fonctionnaires ou d’administrateurs généraux ou encore d’agents en poste à l’étranger. Enfin, 16 agents reçoivent un traitement supérieur à 21 000 euros, soit bien plus qu’Emmanuel Macron. Quinze d’entre eux travaillent, selon Bercy, « dans des zones géographiques à forts risques ».

Quelle est la rémunération du président de la République ?

Avant 2008 (Nicolas Sarkozy est élu en 2007), aucun texte précis ne fixait le montant exact de la rémunération du président de la République. Les locataires de l’Elysée, bénéficiant souvent du cumul de plusieurs retraites élevées, décidaient eux-mêmes du montant de leur charge.

Fixé à 7 984 euros net par Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy a aligné son traitement sur celui du Premier ministre, soit l’équivalent de 21 300 euros net mensuels. Si la rémunération de Jacques Chirac était entièrement imposable, seule l’indemnité de fonction, soit 4260 euros sur les 21.300 euros, l’est devenue sous Nicolas Sarkozy.

Pour tenir une promesse de campagne, François Hollande a diminué de 30% ces montants. Le président de la République et le Premier ministre touchant chacun 14 910 euros bruts mensuels, soit 12 700 euros nets. Depuis, cette rémunération, indexée sur le traitement des fonctionnaires, aurait gagné quelques euros pour atteindre finalement 15 140 euros bruts. Mais depuis janvier 2017, la totalité de cette somme est imposable.

Une augmentation des traitements des fonctionnaires, en janvier dernier, aurait dû automatiquement provoquer une hausse de 0,4% des revenus des membres du gouvernement. La mesure aurait fait passer, en théorie, la rémunération d’Emmanuel Macron et du Premier ministre Edouard Philippe de 15 140 euros brut à 15 204 euros au 1er janvier, soit 64 euros de plus, mais Matignon a décidé de ne pas appliquer cette augmentation au chef de l’Etat et au chef du gouvernement.

Transfert: Laurence Sailliet, porte-parole de LR arrête la politique pour rejoindre…Cyril Hanouna sur C8 !

Ce n’est pas une « fake news », mais certainement l’information la plus surprenante de ce début de semaine. Laurence Sailliet, membre du Bureau politique et porte-parole de LR (nommée par Laurent Wauquiez) annonce démissionner de toutes ses fonctions au sein des Républicains pour rejoindre l’équipe de Cyril Hanouna dans l’émission « Balance ton Post » sur C8.