Gilets jaunes-Paris: Le préfet de police promet que les casseurs de la place d’Italie « ne partiront pas avant d’être interpellés » et il demande aux manifestants de « bonne foi » de quitter les lieux avant l’intervention de la police

Intervenant lors d’une conférence de presse, le préfet de police, Didier Lallement, confirme sa décision d’interdire la manifestation qui devait partir de la place d’Italie.

Il demande aux manifestants de « bonne foi » de quitter les lieux immédiatement et prévient que le dispositif de maintien de l’ordre qui entoure la place d’Italie va maintenant interpeller les individus masqués et les casseurs. Il promet une réponse « extrêmement ferme » et assure que « la situation est sous contrôle ». Pour l’heure, 61 personnes ont été interpellées, précise le préfet de police.

Gilets jaunes-Paris: Lanceur d’eau et incidents multiples place d’Italie à Paris

Alors que le mouvement des Gilet jaune « fête » son premier anniversaire en manifestant un peu partout en France, les incidents et violences contre les biens et les forces de l’ordre se multiplient à Paris.

Un engin lanceur d’eau est désormais utilisé par la préfecture de police contre des casseurs et Gilets jaunes les plus radicalisés.

Une banque a été vandalisée, deux voitures ont été retournées et une pelleteuse de chantier a été incendiée.

Un black bloc s’est formé. Des casseurs sont à l’oeuvre, détruisant et incendiant tandis que les forces de l’ordre multiplient les tirs de grenades lacrymogènes.

ALERTE-Terrorisme: Deux autres suspects d’un groupe d’ultra-droite voulant assassiner Emmanuel Macron interpellés lundi en Moselle (Le Parisien)

Deux hommes de la mouvance d’ultra-droite, âgés de 30 et 45 ans, ont été interpellés par la DGSI lundi (11 novembre), en Moselle, dans le cadre de l’enquête sur le projet d’attentat visant Emmanuel Macron lors des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, en novembre 2018, révèle Le Parisien.

France Bleu Lorraine précise que ces deux interpellations ont eu lieu pour l’un dans le secteur de Bouzonville , et pour l’autre près de Sarrebourg, rapporte. Leurs domiciles ont été perquisitionnés.

Le plus âgé de ces individus est connu de la justice pour 5 infractions de droit commun, le second est inconnu. Ils devaient être présentés cet après-midi à un juge d’instruction en vue de leur mise en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Rappelons que Ce groupe d’ultra-droite baptisé « les Barjols », en référence aux légionnaires déployés au Mali, projetaient d’assassiner le président de la République. Les premières interpellations remontent à novembre 2018.

ALERTE-Neige: Un homme tué par une chute d’arbre dans l’Isère, 140.000 foyers privés d’électricité dans 3 départements

Un homme de 63 ans est mort en début de soirée dans l’Isère. Un arbre lui est tombé dessus alors qu’il tentait de dégager une route départementale et que son véhicule était bloqué par un autre arbre.

Par ailleurs, 140.000 foyers sont privés de courant dàs l’Isère, la Drôme et l’Ardèche.

ALERTE-Hopitaux-Social: Emmanuel Macron a « entendu la colère » et annonce des « mesures fortes » mercredi prochain

Alors que l’hôpital public est en grève et manifeste aujourd’hui, notamment à Paris, Emmanuel Macron en déplacement à Epernay (51) annonce avoir « entendu la colère et l’indignation face aux conditions de travail ». « Il faut compléter ce qui a déjà été annoncé ».

Le président de la République veut un « plan d’urgence », un « plan d’action renforcée » pour « accélérer la transformation engagée. Des décisions fortes seront annoncées par le Premier ministre à l’issue du Conseil des ministres de mercredi prochain ».

ALERTE-Joxe-Justice: Le parquet de Paris ouvre une enquête visant Pierre Joxe après une plainte pour agression sexuelle et harcèlement sexuel

Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire visant l’ancien ministre socialiste de l’Interieur et de la Défense Pierre Joxe pour des faits d’agression sexuelle et de harcèlement sexuel.

Cet après-midi,´le journal Le Monde révélait que l’assistante de vie de l’épouse de Pierre Joxe, de septembre 2017 à décembre 2018, avait déposé une main courante en juillet 2018, puis une plainte hier mardi 12 novembre, pour des « attouchements sexuels répétés », entre avril et juin 2018.

Rencontré par Le Monde, mardi, Pierre Joxe nie tout comportement déplacé : « Je ne me suis jamais livré à ce genre de choses sur personne contre sa volonté. » Il laisse entendre que cette femme pourrait être manipulée par la défense d’Alexandra Besson.

Rappelons qu’à l’automne 2017, en pleine naissance du mouvement #metoo, l’ancien ministre avait figuré parmi les personnalités publiquement mises en cause. Alexandra Besson, la fille d’un autre ancien ministre, Eric Besson, l’avait accusé d’attouchements lors d’une représentation à l’Opéra Bastille, en 2010, ce qu’il avait nié. Alexandra Besson n’avait pas saisi la justice, pour des faits prescrits.

En revanche Pierre Joxe avait porté plainte en diffamation et le procès de l’ancien ministre contre son accusatrice est programmé lundi prochain devant la 17e chambre civile du tribunal de grande instance de Paris.